Comment ouvrir un restaurant quand on est auto entrepreneur ?

auto entrepreneur restauration

Envie de vous lancer avec un projet de restaurant ? Pourquoi ne pas tenter l’aventure avec un statut d’auto-entrepreneur ? Ce régime permet de créer facilement une entreprise individuelle grâce à des démarches et des procédures simplifiées. Avantages, inconvénients, est-il adapté au secteur de la restauration ? Découvrez dans cet article tout ce qu’il faut savoir sur ce statut juridique avant de sauter le pas.

 

Pourquoi débuter en restauration avec un statut d’auto-entrepreneur ?

 

L’auto-entreprenariat, aussi appelé micro-entreprise, semble attrayant si on souhaite se lancer dans un nouveau projet d’entreprise. En effet, sa simplicité est intéressante pour un démarrage d’activité.

Avec ce statut juridique, il n’y a pas de société, donc pas de personne morale, de capital, ou d’associés. La gestion sur le plan administratif est simplifiée au maximum : l’entrepreneur est seul responsable.

Niveau fiscalité, le chef d’entreprise est imposé via l’impôt sur le revenu, et au niveau du régime social, il dépend du Régime Social des Indépendants.

 

Comment ouvrir un restaurant ?

Découvrez toutes les étapes pour réussir avec succès l'ouverture de votre restaurant. Conseils d'experts, méthodologie, business plan, tout ce que vous devez savoir pour mener à bien votre projet !

 

Les avantages de l’auto entreprenariat

Le statut d’auto-entrepreneur est très intéressant en restauration sur les premières années d’activité. Ce statut juridique présente une grande simplicité de création et offre de grands avantages sur la fiscalité et les procédures administratives. Les cotisations sont calculées sur le chiffre d’affaires encaissé, donc si vous faites un petit chiffre d’affaires, vous paierez un faible montant de cotisations. 

Cela permet de tester son concept et son activité sans investir trop d’argent, et de se faire la main avant d’évoluer ou de se développer. Envie d’ouvrir une pizzeria ? C’est le statut idéal pour vous y essayer sans mettre trop de billes ! A la recherche d’un fournisseur ? Pensez à Mam Eredi Malaguti.

 

Quelles sont les démarches pour ouvrir un restaurant en tant qu’auto-entrepreneur ?

Si vous souhaitez ouvrir un restaurant ou un service de cuisine à domicile, vous serez considérés comme des commerçants. A ce titre, vous devrez vous inscrire au Registre des Commerces et des Sociétés (RCS). 

Vous avez plusieurs possibilités pour vous inscrire :

  • En ligne sur des sites publics comme infogreffe.fr
  • Auprès du Centre de Formalité des Entreprises de la Chambre de Commerce et d’Industrie
  • En envoyant un courrier au greffe du Tribunal de Commerce en incluant le formulaire Cerfa 15253*04 rempli. 

Vous devez également obtenir votre permis d’exploitation. Pour cela, vous aurez l’obligation de suivre une formation payante (valable 10 ans) qui vous informera sur la lutte contre l’alcoolisme, la prévention de l’ivresse et la protection des mineurs.

Au moins 15 jours avant l’ouverture de l’établissement, vous devez soumettre une demande auprès de la mairie pour obtenir votre licence de débit de boissons.

Dans le mois suivant l’ouverture, vous devrez signaler l’ouverture de votre structure auprès de la Direction départementale pour la protection des populations.

 

Si vous optez pour la restauration à domicile, vous serez aussi soumis aux mêmes règles et normes sanitaires relatives à la restauration et l’hôtellerie.

 

Quels sont les inconvénients du statut d’auto-entrepreneur en restauration ?

 

Bien qu’il soit intéressant en début d’activité, le statut d’auto-entrepreneur peut vite atteindre ses limites si votre projet rencontre le succès. En effet, le chiffre d’affaires ne doit pas excéder 176 200€ par an pour les activités de vente de marchandises et à 72 600€ pour les activités de prestation de services et les activités libérales. Ce plafond peut donc vous limiter dans votre développement. A savoir que si vous dépassez ces plafonds, vous sortez automatiquement du régime de la micro entreprise.

De plus, il est compliqué d’embaucher une autre personne sous ce régime car il sera impossible de déduire les charges sociales et patronales de vos employés. Rien ne vous empêche légalement de recruter un ou des salariés, mais ce statut a été conçu pour les personnes souhaitant se lancer seules. Pour recruter, vous devez donc avoir une activité prospère pour assurer votre rémunération et celle de vos employés. Si vous développez encore plus votre activité grâce à leur présence, il est très probable que vous dépassiez alors les plafonds de chiffre d’affaires liés au statut d’auto-entrepreneur. 

Par ailleurs, en tant qu’auto-entrepreneur, vous ne pourrez déduire aucun frais : assurance professionnelle, assurance des locaux, loyer, achats de matières premières… Malheureusement, les frais sont conséquents dans le secteur de la restauration et de nombreux entrepreneurs optent pour un changement de statut quand ils sont assurés de la solidité de leur entreprise. 

 

Quelles sont les alternatives au statut d’auto-entrepreneur ?

 

Une fois l’établissement testé, approuvé et viable, les entrepreneurs choisissent souvent de basculer de la micro-entreprise vers un autre statut. 

La SARL et l’EURL sont souvent plébiscitées car elles allient le statut de société avec des démarches et des responsabilités simples. En effet, près d’un restaurateur sur deux optent pour ces statuts.

Dans la SARL, Société à Responsabilité Limitée, la responsabilité se limite au montant des apports des associés. Il n’y a pas de montant minimum pour le capital, mais il doit être réparti entre au moins deux associés. 

L’EURL, Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée, est une variante de la SARL mais n’a qu’un seul associé. 

Ces deux statuts présentent des formes juridiques plutôt simples à gérer. Vous y bénéficiez d’une bonne protection du patrimoine grâce à la responsabilité limitée des associés. C’est d’ailleurs certainement pour cela que ces formes juridiques séduisent près d’un restaurant sur deux.

 

Ouvrir un restaurant en tant qu’auto-entrepreneur peut être une bonne idée car ce statut est propice au lancement d’activité grâce à sa simplicité. Il vous permettra de tester votre concept et d’assurer sa viabilité. En revanche, les plafonds de chiffre d’affaires et les difficultés de recrutement vous pousseront peut-être rapidement vers des formes juridiques plus souples. Si vous souhaitez en savoir plus sur les étapes à suivre pour ouvrir un restaurant, consultez notre livre blanc.

 

Comment ouvrir un restaurant ?

Découvrez toutes les étapes pour réussir avec succès l'ouverture de votre restaurant. Conseils d'experts, méthodologie, business plan, tout ce que vous devez savoir pour mener à bien votre projet !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Newsletter

Abonnez-vous à notre Newsletter et
rejoignez une communauté de plus de 200 000 professionnels !